Numicanada - Conception et production des billets canadiens - Billets de banque du Canada

Vous êtes : Accueil » Billets de banque » Articles » Conception et production des billets canadiens

Conception et production des billets canadiens

Par Banque du Canada    |   Vendredi le 11 février 2011

Plusieurs années peuvent s'écouler avant que la conception d'une série de billets de banque soit menée à terme. Une fois le concept approuvé, la Banque confie le travail d'impression des billets à deux sociétés d'impression de billets et de titres, soit la Compagnie canadienne des billets de banque limitée et la BA International Inc. Les billets sont imprimés en feuilles de 45 avant d'être coupés et livrés à la Banque.

Distribution

La Banque du Canada doit fournir aux institutions financières une quantité suffisante de billets pour que celles-ci puissent répondre aux besoins du public. Les institutions financières s'approvisionnent en billets par l'intermédiaire du système canadien de distribution des billets de banque et retournent à la Banque du Canada les billets qu'elles jugent impropres à la circulation. Ces billets sont vérifiés par un équipement ultrarapide de traitement, puis déchiquetés aux fins d'élimination.

Dimensions

  • Séries de 1935 et de 1937 : 152,4 mm sur 73,025 mm (6,0 po sur 2,875 po)
  • Toutes les autres séries : 152,4 mm sur 69,85 mm (6,0 po sur 2,75 po)

Composition du papier

Les billets de banque sont maintenant imprimés sur du papier composé de 100 % de fibres de coton. L'industrie des papetières reconnaît depuis longtemps la qualité supérieure du papier fabriqué avec des fibres de coton plutôt qu'avec de la pâte de bois. Le premier est plus durable et il résiste mieux à la décoloration. Voilà pourquoi le papier de coton entre dans la composition des billets de banque depuis plusieurs siècles.

La première série de billets de la Banque du Canada (1935) a été imprimée sur du papier composé de 75 % de fibres de lin de haute qualité et de 25 % de fibres de coton. Durant la Seconde Guerre mondiale, comme le lin devait être réservé à la fabrication des uniformes, les billets étaient faits de 25 % de fibres de lin et de 75 % de fibres de coton.

En 1983, la Banque a opté pour du papier fait de 100 % de fibres de coton afin de se conformer à la réglementation du Québec relative aux effluents des usines de pâtes et papiers.

Durée de vie moyenne des billets de banque

  • 5 dollars : de 1 à 2 ans
  • 10 dollars : de 1 à 2 ans
  • 20 dollars : de 2 à 4 ans
  • 50 dollars : de 4 à 6 ans
  • 100 dollars : de 7 à 9 ans

Impression des billets

Une fois le concept d'un billet de banque approuvé, on passe à la production. La Banque du Canada établit des normes et des directives de production visant à tirer le meilleur parti possible des technologies d'impression existantes en vue d'obtenir des billets de qualité élevée et uniforme.

D'abord, on fabrique une première série de planches, qui sont soumises à des essais de qualité sur de petites presses manuelles. Lorsque la Banque du Canada est satisfaite de la qualité de l'impression d'un billet, on procède à la fabrication de grandes planches de lithographie et de gravure en taille-douce afin de produire les feuilles de billets. (Les billets sont imprimés sur de grandes feuilles de papier, qui contiennent chacune 45 billets.) Les planches lithographiques permettent de réaliser la portion lisse et multicolore du dessin, tandis que la taille-douce crée le relief. Chaque planche représente une partie du dessin d'ensemble, et il faut habituellement huit planches pour produire un billet.

D'autres essais d'impression sont effectués par la suite pour s'assurer que la qualité de toute la feuille imprimée est acceptable. Lorsque les feuilles échantillons répondent aux normes de qualité, la Banque autorise la mise en marche des presses. Les feuilles sont soigneusement examinées avant d'être découpées en billets. Ceux-ci sont livrés aux centres des opérations de la Banque du Canada à Montréal et à Toronto en vue de leur distribution aux institutions financières.