Mon dernier travail de restauration...

Discussions sur la conservation et la classification des pièces.
Avatar de l’utilisateur
merlin
Messages : 627
Inscription : sam. oct. 21, 2006 7:21 am
Localisation : rive sud mtl

Re: Mon dernier travail de restauration...

Messagepar merlin » dim. août 12, 2018 8:23 am

Pour revenir au sujet de restauration, j'ai quelques pièces de nickel (incirculés) et un petite médaille d'argent qui ont des dépôts de PVC. Un bain d'acétone sera-t-il suffisant?

Une fois le bain terminé, doit-on prioriser l'eau distillée pour rincer l'acétone et éviter un dépôt de minéraux contenu dans l'eau du robinet?

Merci

Avatar de l’utilisateur
ainsivalavie
Messages : 4084
Inscription : lun. févr. 02, 2009 8:20 am
Description : Collectionneur par périodes intermittentes depuis un peu plus d'une vingtaine d'années.
Localisation : Rive-Sud de Montreal
Contact :

Re: Mon dernier travail de restauration...

Messagepar ainsivalavie » dim. août 12, 2018 8:41 am

merlin a écrit :Pour revenir au sujet de restauration, j'ai quelques pièces de nickel (incirculés) et un petite médaille d'argent qui ont des dépôts de PVC. Un bain d'acétone sera-t-il suffisant?

Une fois le bain terminé, doit-on prioriser l'eau distillée pour rincer l'acétone et éviter un dépôt de minéraux contenu dans l'eau du robinet?

Merci

Tout dépend du niveau de contamination. Mais si celui-ci est faible, oui généralement un simple bain d'acétone peu suffire.

En fait, pour l'acétone, à moins que ça soit des pièces à base de cuivre, autrement je ne fais qu'assécher les pièces avec un linge doux (Sans frottement), pour ensuite les laisser à l'air libre au minimum 1h pour que l'évaporation se fasse entièrement.

Pour les pièces à base de cuivre (Tout particulièrement celles avec une partie de leur lustre «Red» d'origine toujours visible), personnellement je rince celles-ci avec de l'alcool à friction 99%, pour éviter que des reflets de couleur mauve/violet fassent leur apparition longtemps après le traitement.

Mais sinon, l'eau distillée devrait aussi faire l'affaire. J'évite autant que possible l'eau du robinet, même si j'imagine que tout dépend de sa source. Ainsi, je ne serais pas surpris que l'eau provenant d'un puits soit plus néfaste que l'eau traitée par les municipalités d'importances. Peut-être Chemicalpete pourra donner plus de détail sur ce point précis.
Ce ne sont pas les années de vie qui comptent, mais la vie qu’il y a dans ces années.
Vélo et Scooter électrique / Triporteur & Quadriporteur

Avatar de l’utilisateur
ainsivalavie
Messages : 4084
Inscription : lun. févr. 02, 2009 8:20 am
Description : Collectionneur par périodes intermittentes depuis un peu plus d'une vingtaine d'années.
Localisation : Rive-Sud de Montreal
Contact :

Re: Mon dernier travail de restauration...

Messagepar ainsivalavie » sam. oct. 06, 2018 6:11 pm

Lorsque j'ai démarré ce sujet, j'avais mentionné que je parlerais aussi des restaurations moins bien réussies. Et bien, en voici une qui rentre probablement dans cette catégorie, quoi qu'il existe bien pire dans mon palmarès (Un exemple récent sera peut-être présenté prochainement).

Ainsi, j'en acheté dernièrement un 1/2 Penny 1852 de la Bank of Upper Canada avec quelques fendillements (Breton #720 / PC-5B2 / Courteau #084). Le vendeur sur le Web mentionnait un problème important de corrosion, et le prix de vente était donc en conséquence.

Cependant, en examinant les photos (Celles ci-dessous), le problème de corrosion mentionné me semblait plutôt être un problème de saleté quelconque, et le jeton sous celle-ci semblait presque incirculé. J'ai ainsi tenté ma chance, compte tenu de la valeur potentielle relativement importante de ce jeton en grade «AU+/UNC» si la restauration réussissait.

Photos du vendeur:
Numi - PC-5B2 - 1.jpg


Donc, après réception de la pièce en question, je me suis attelé à la tâche. Ainsi, ce que je croyais être de la saleté s'avère être une quelconque substance (Peut-être un type de résine) quasi impossible à enlever sans frottement. Qui plus est, malgré que le jeton ait un grade acceptable de +/- «AU-50», le jeton à un important problème de corrosion sur une petite partie de l'avers devant la tête du cheval.

Ainsi, compte tenu de la corrosion et du fait que j'ai déjà passé plusieurs heures à travailler sur la pièce, une partie de ma motivation n'est plus, et j'ai donc décidé de jeter l'éponge.

Ainsi, voici le résultat en photo avant ma dernière séance (Je n'ai pas repris de nouvelles photos, mais l'aspect du jeton n'est que légèrement mieux que celle ci-dessous).

Numi - PC-5B2 - 2.jpg


Pour essayer d'enlever ce qui semblait être quelque chose s'approchant de la résine sur certaines parties du jeton (Ça peut être aussi quelque chose de complètement différent et que j'ignore), j'ai tenté le trempage dans l'acétone, l'alcool à friction 99%, l'eau chaude bouillante avec et sans savon, l'huile d'olive, en plus de tester via le bain à ultrasons et sous le pique du cure-dent en plastique et en bois, etc... Au final, je n'ai pas trouvé de solution efficace, et si quelqu'un en connaît une, et bien n'hésitez pas.


Note: Ce jeton sera sans doute proposé à la vente prochainement. Ainsi, l'acquéreur aura peut-être la chance de continuer la restauration, et de réussir là où j'ai échoué.
Ce ne sont pas les années de vie qui comptent, mais la vie qu’il y a dans ces années.
Vélo et Scooter électrique / Triporteur & Quadriporteur

Avatar de l’utilisateur
Chemicalpete
Messages : 1441
Inscription : dim. mai 02, 2010 8:23 am
Localisation : Shawinigan

Re: Mon dernier travail de restauration...

Messagepar Chemicalpete » sam. oct. 06, 2018 8:02 pm

On ne connaît pas l'histoire passée de cette pièce, mais j'ai l'impression que les saletés difficiles à enlever avec les solvants classiques proviennent peut-être des résidus d'une exposition à une chaleur intense. La pièce se trouvait possiblement dans une pochette de vinyle ou quelque chose de semblable et la maison dans laquelle elle se trouvait a pu être incendiée partiellement. La pièce n'aurait alors pas eu assez chaud pour être gravement endommagée, mais a pu subir assez de chaleur pour faire fondre l'enveloppe et la carboniser partiellement, ce qui pourrait expliquer un aspect semblable...Le propriétaire d'alors a pu récupérer ses pièces et peut-être tenté de la nettoyer mais n'a pas pu tout enlever....C'est un scénario purement spéculatif mais qui demeure plausible...Le seul hic est que les résidus devraient être noirâtres...Mais finalement, tu n'a pas trop mal réussi ta restauration. OK, elle ne reviendra jamais AU et elle demeure une pièce à problèmes, mais au moins elle est présentable.

J'ai déjà utilisé de l'huile d'orange (de la pure) et ce produit est efficace pour enlever les colles, résines, cires et graisses ainsi que certains produits de corrosion que l'on peut trouver sur une pièce. Elle a l'avantage de ne pas s'évaporer trop vite, ce qui laisse le temps de tremper et de ramollir les diverses crasses. Elle finit par s'évaporer, mais cela prend plusieurs minutes. Cela n'attaque pas la patine, mais enlève toute les crasses grasses qui referment des produits de corrosion (vert-foncé noirâtre sur les pièces de cuivre). Après un rinçage à l'acétone pure et à l'eau pure, le traitement laisse une pièce pas mal plus nette...Mais elle ne peut pas grand'chose contre le vert-de gris et n'enlève pas tous les produits de corrosion...Mais elle sent bon et est peu toxique...

Avatar de l’utilisateur
ainsivalavie
Messages : 4084
Inscription : lun. févr. 02, 2009 8:20 am
Description : Collectionneur par périodes intermittentes depuis un peu plus d'une vingtaine d'années.
Localisation : Rive-Sud de Montreal
Contact :

Re: Mon dernier travail de restauration...

Messagepar ainsivalavie » sam. oct. 06, 2018 8:32 pm

Chemicalpete a écrit :On ne connaît pas l'histoire passée de cette pièce, mais j'ai l'impression que les saletés difficiles à enlever avec les solvants classiques proviennent peut-être des résidus d'une exposition à une chaleur intense. La pièce se trouvait possiblement dans une pochette de vinyle ou quelque chose de semblable et la maison dans laquelle elle se trouvait a pu être incendiée partiellement. La pièce n'aurait alors pas eu assez chaud pour être gravement endommagée, mais a pu subir assez de chaleur pour faire fondre l'enveloppe et la carboniser partiellement, ce qui pourrait expliquer un aspect semblable...Le propriétaire d'alors a pu récupérer ses pièces et peut-être tenté de la nettoyer mais n'a pas pu tout enlever....C'est un scénario purement spéculatif mais qui demeure plausible...Le seul hic est que les résidus devraient être noirâtres...Mais finalement, tu n'a pas trop mal réussi ta restauration. OK, elle ne reviendra jamais AU et elle demeure une pièce à problèmes, mais au moins elle est présentable.

J'ai déjà utilisé de l'huile d'orange (de la pure) et ce produit est efficace pour enlever les colles, résines, cires et graisses ainsi que certains produits de corrosion que l'on peut trouver sur une pièce. Elle a l'avantage de ne pas s'évaporer trop vite, ce qui laisse le temps de tremper et de ramollir les diverses crasses. Elle finit par s'évaporer, mais cela prend plusieurs minutes. Cela n'attaque pas la patine, mais enlève toute les crasses grasses qui referment des produits de corrosion (vert-foncé noirâtre sur les pièces de cuivre). Après un rinçage à l'acétone pure et à l'eau pure, le traitement laisse une pièce pas mal plus nette...Mais elle ne peut pas grand'chose contre le vert-de gris et n'enlève pas tous les produits de corrosion...Mais elle sent bon et est peu toxique...

Merci de votre commentaire ChemicalPete, c'est toujours pertinent et apprécié.

Par contre, j'aimerais soulever 2-3 points avec vous:

    1.) Ainsi, la pièce est bel et bien de grade +/- «AU-50». Cependant, elle ne reprendra jamais la valeur marchande d'une pièce «AU-50» (J'ignore si c'est ce que vous vouliez dire).

    2.) L'hypothèse du feu est bien sur possible, mais je doute que ça soit le cas. Personnellement, ça me faisait davantage penser à du sucre fondu. Mais si ça avait été le cas, je crois que l'eau bouillante y serait venue à bout, non?

    3.) J'ai déjà utilisé l'huile d'orange à plusieurs reprises par le passé (Puisque je m'en servais aussi pour décoller des étiquettes), et dans certains des cas, effectivement ça pouvait faire du bon travail sur les pièces. Cependant, lors d'une Xième tentative il y a quelques années, celle-ci avait altéré la patine de la pièce en question, ce qui m'avait refroidi à l'idée de réutiliser cette substance pour mes futures "restaurations".


Sinon, je viens de reprendre des photos après ma dernière étape de restauration. Et je pense bien que ça va s'arrêter là. La suite sera probablement dans un sujet de la section vente sur ce forum d'ici peu. Ça me déçoit quand même, puisque j'ai passé plusieurs heures à travailler sur cette fichue pièce. :(

Numi.jpg
Ce ne sont pas les années de vie qui comptent, mais la vie qu’il y a dans ces années.
Vélo et Scooter électrique / Triporteur & Quadriporteur

Avatar de l’utilisateur
merlin
Messages : 627
Inscription : sam. oct. 21, 2006 7:21 am
Localisation : rive sud mtl

Re: Mon dernier travail de restauration...

Messagepar merlin » dim. oct. 07, 2018 6:56 pm

Pour demeurer dans le même sujet, quelle serait le point de départ suggérer pour enlever une légère corrosion de surface sur une pièce en bronze/cuivre. Celle-ci se présente sous forme de petits points vert dans les chiffres ou lettres. Un trempage dans l'acétone et les neutraliser avec de l'alcool à 99% serait-il assez sans être trop agressif?

Avatar de l’utilisateur
ainsivalavie
Messages : 4084
Inscription : lun. févr. 02, 2009 8:20 am
Description : Collectionneur par périodes intermittentes depuis un peu plus d'une vingtaine d'années.
Localisation : Rive-Sud de Montreal
Contact :

Re: Mon dernier travail de restauration...

Messagepar ainsivalavie » dim. oct. 07, 2018 8:23 pm

merlin a écrit :Pour demeurer dans le même sujet, quelle serait le point de départ suggérer pour enlever une légère corrosion de surface sur une pièce en bronze/cuivre. Celle-ci se présente sous forme de petits points vert dans les chiffres ou lettres. Un trempage dans l'acétone et les neutraliser avec de l'alcool à 99% serait-il assez sans être trop agressif?

Tout dépend du type de corrosion, soit "active" comme celle pointée par les flèches jaunes sur la photo ci-dessous, ou "stable" comme pour la flèche bleue.

    Corrosion Active.jpg


Si c'est stable, dans la plupart des cas mieux vaut ne pas y toucher, et se limiter à l'entreposage à l'abri de l'humidité (Sous la barre des 30% d'humidité si possible, voire 35-40% au maximum).

Si c'est de la corrosion active, là il ne faut pas hésiter, autrement vous risquez de voir "disparaitre" la surface de la pièce en très peu de temps. Il y a plusieurs techniques, mais je vous conseille de jeter un coup d'oeil à ces notes de l'Institut canadien de conservation pour savoir par où commencer:

Ce ne sont pas les années de vie qui comptent, mais la vie qu’il y a dans ces années.
Vélo et Scooter électrique / Triporteur & Quadriporteur


Revenir vers « Conservation et classification »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités