Numicanada - Coin repoinçonné - Erreurs et variété des pièces de monnaie canadienne

Numicanada - Erreurs et variété de Hans Zoell

Vous êtes : Accueil » Pièces de monnaie » Erreurs et variétés » Coin repoinçonné

17. Coin repoinçonné

Exemple(s)

50 cents 1947
50 cents 1947

Plus d'exemples »

Traduction anglophone

Repunched Die

Description

Pièces avec des chiffres rajoutés après l'enfonçage du coin de travail.

Explications

Le terme repoinçonnage est assez mal compris, car il signifie poinçonner à une ou plusieurs reprises, ce qui n'est pas le cas pour les coins.

Il faut comprendre qu'un coin que l'on sort du service, pour entretien, est trempé. Il est donc impossible de le repoinçonner car des morceaux vont éclater comme de la vitre. Pour ce faire, il aurait fallu le détremper, le réparer, le repolir et le retremper. Même après ce processus, il avait déjà prit de l'âge. Il était beaucoup moins compliqué d'en prendre un sur la tablette, le repoinçonner et le tremper. Par contre, même trempés, des coins pouvaient recevoir des corrections mineures.

Lorsque l'on fabriquait les coins de travail jusqu'à la fin des années 1950, ceux-ci n'avaient pas les deux derniers chiffres sur la matrice, ainsi que la marque de monnayage dont le "H" pour les pièces canadiennes. Maintenant (début des années 60), ils sont sur la matrice.

Ces chiffres étaient rajoutés avec les changements d'années. C'était une mesure d'économie appréciable car il n'avait pas à refaire de nouvelles matrices à chaque année.

À tous les changements d'années, on prenait des coins de travail déjà enfonçés et on y rajoutait l'année en cours. Pensez juste aux 50c des années 40-50 dont Zoell et Carmichael ont fait des études très profondes de ces années.

On y voit tous les genres de défauts concernant ces deux derniers chiffres. Les différences sont soit: dans l'espacement des chiffres, leurs grosseurs, plus à gauche, plus à droite, plus haut, plus bas, et souvent des doublures sur ceux-ci.