Numicanada - Découvrez l'Australie - Pays étrangers

Vous êtes : Accueil » Pièces de monnaie » Pays étrangers » Découvrez l'Australie

Découvrez l'Australie

Par Graeme Petterwood    |   Mardi le 3 novembre 1998

Puisque l’Australie devait originellement servir de continent-prison, l’idée d’une monnaie n’était pas très élevée dans les priorités du gouvernement Britannique du temps, mais à mesure que la population augmentait, il devenait évident qu’elle ne serait pas auto-suffisante et nécessiterait un commerce pour survivre. Le peu de monnaie alors disponible fut apporté par les officiers et soldats du « New South Wales Corps « ainsi que par la flotte de transport qui apportait l’approvisionnement et les prisonniers.

Des systèmes de troc furent développés en utilisant le rhum et diverses marchandises importées, mais, pour des raisons évidentes, ces systèmes se sont avérés insatisfaisants. Ils ont aussi créés de la corruption parmi les puissants officiers et ex-officiers qui contrôlaient le commerce et l’agriculture, particulièrement dans l’établissement de fermes pour la culture des grains nécessaires à la fabrication illégale de l’alcool. Ils utilisaient des prisonniers comme travailleurs sans salaire.

Monnaie coloniale

Pour contrer ce commerce illégal, le gouverneur de l’époque, Philip Gidley King, a éventuellement autorisé les monnaies étrangères obtenues des navires faisant escale à circuler de pair avec les monnaies britanniques et proclamé le 19 novembre 1800, qu’elles seraient acceptables, suivant des taux de conversion fixés. Dans le plus grand chaos, les dollars espagnols, les johannas portugais, les pagodes indiennes, les florins et ducats néerlandais ainsi que deux nouvelles pièces britanniques en cuivre, les penny et deux pence « roue de charrette » fabriqués par Matthew Boulton à son atelier de Soho Mint, en 1797. Ces monnaies sont aujourd’hui connu sous le nom de monnaie de proclamation par les numismates. Néanmoins, en 1812, une décision inhabituelle fut prise par le gouverneur Macquarie pour stopper l’exode des monnaies qui avait lieu

Première monnaie australienne

En 1812, un bateau de guerre a livré 40.000 dollars espagnols en argent à Sydney et le gouverneur fit mutiler les pièces en enlevant un disque dans le centre de la pièce, créant ainsi deux pièces. Une des pièces, appelées « Holey Dollar » avait une valeur de cinq shillings ( 60 pence ) alors que le noyau ( dump ) reçut la valeur de 15 pence. Puisque les dollars coûtaient seulement l’équivalent de quatre shilling, neuf pence ( 57 pence ), Macquarie faisait alors un profit immédiat de 18 pence en les mettant en circulation dans la population en manque de monnaie. Une pénalité sévère, la perte de 18 pence ainsi que la perte du statut de monnaie internationale des dollars espagnols ainsi mutilés, signifiaient que le problème de rareté monétaire était partiellement résolu!

Pour les dix années, la grande variété de monnaie a continué jusqu’à ce que le Gouvernement britannique à Londres, décide que l’Australie avait besoin de monnaie. En 1824-25, plus de 100.000 livres en pièces d’argent furent envoyées en Australie et en 1826, le Parlement de Londres a passé le « Sterling Money Act « et retiré toutes les sortes de monnaies étrangères en métal précieux qui étaient dans la colonie depuis les années 1790.

Monnaie officielle

En 1851, la découverte d’or en grande quantité a mené à l’établis-sement d’atelier semi-officiel de monnaie en Nouvelle Galles du sud et Victoria mais, en vertu des lois touchant la frappe de monnaie à l’extérieur de la Monnaie de Londres, ces « ateliers » ne pouvaient que transformer l’or en lingots plats de différentes formes et dimensions. Néanmoins, les australiens n’ont jamais laissé de petites choses comme les règlements se mettre sur leur chemin quand le besoin demandait une action immédiate. En 1852, les pépites d’or venant des excavations ont atteint un volume embarrassant qui ne pouvait pas être absorbé par les marchands locaux. Le lieutenant-gouverneur du sud de l’Australie, Sir Henry Young, a passé en vitesse le Bullion Act No.1 au parlement pour permettre au « Adélaïde Assay Office « de frapper des pièces d’une livre en or. Ces pièces furent frappées en nombre limité ( moins de 25,000 ) et sont considérées comme rare puisque la plupart furent fondues en raison du contenu en or plus élevé que la valeur faciale.

Australie - 1852 - Five pound

En 1853, Sydney a reçu la permission de la Grande-Bretagne de frapper des souverains en or ainsi que des demi-souverains, pièces dessinées par Leonard Wyon et portant au revers la légende : « SYDNEY MINT AUSTRALIA » jusqu’à ce qu’il soit décidé en 1871, de revenir au style britannique standard avec le revers de Benedetto Pistrucci de St-George tuant le dragon. Il est intéressant de noter que les tests officiels de 1856 montrent que les pièces australiennes contiennent plus d’or que leurs vis-à-vis britanniques. Ces dernières étaient aussi alliées avec du cuivre alors que celles de l’Australie étaient alliées avec de l’argent!

En 1872 la Monnaie de Melbourne a aussi commencé à frapper des pièces en or et la Monnaie de Perth fut officiellement ouverte en 1899. La Monnaie de Perth Mint est toujours en opération de nos jours et on croit qu’il s’agit de la plus vieille monnaie au monde à opérer dans ses bâtiments originaux! Les trois ateliers étaient désormais autorisés à produire des pièces britanniques en or, à condition de placer la marque de frappe sur la pièce, soit : (S),(M), ou (P), sur le revers pour montrer l’origine de la pièce. Avec sa valeur d’une livre sterling, le souverain n’a rien fait pour réduire le manque chronique de petites monnaies dans la population. Jetons

Puisque les monnaies australiennes n’étaient autorisées qu’à frapper des pièces en or, il restait aux commerçants à régler le problème, ce qu’ils firent en émettant leurs propres pièces, des jetons devant servir de monnaies de nécessité. Le plus vieux jeton australien, fabriqué à Londres, est un shilling daté 1823, qui fut émis par une compagnie tasmanienne, MacIntosh and Degreaves de Hobart qui ont apparemment émis cette pièce en 1824 ou 1825 quand ils sont arrivés d’Angleterre. On ne connaît pas le nombre de pièces qu’ils ont mis en circulation, mais seulement une poignée existe aujourd’hui et ils sont vendus pour de grosses sommes lors d’encan. Plus de 541 types différents de jetons émis localement sont connus, Mais on reconnaît qu’il y en a eu sûrement d’autres qui ont disparu. Plusieurs émetteurs ont utilisé des pièces d’un demi-penny et un penny standard, modèles génériques fournis par les manufacturiers. Cependant en 1863, la plupart des jetons avaient été déclarés illégaux et étaient retirés dans plusieurs colonies dès que l’approvisionnement en pièces de cuivre britanniques le permettait.

Australie - 1863 - Pawnbroker

De la fédération au système décimal

En 1901, les États australiens ont formé une fédération qui porterait le nom de Commonwealth d’Australie et des discussions eurent lieu concernant une monnaie distincte. Ce ne fut pas avant 1910 que la première pièce australienne en argent fut produite par la Monnaie de Londres avec le portrait du roi Édouard VII qui allait décéder durant l’année! L’année suivante, une série de pièces en bronze et en argent à l’effigie de Georges V fut produite. L’importation se poursuivit durant les quatre années subséquentes. En 1916, la première émission véritablement australienne fut produite à la Monnaie de Melbourne dans l’état de Victoria, et en 1919 toutes les pièces, incluant les pièces en bronze, qui avait été produite par la Monnaie de Calcutta en Inde étaient produites localement. La Monnaie de Sydney ferma en 1926, mais Melbourne et Perth ont continué de s’occuper de la production de toutes les pièces, incluant l’or, jusqu’à ce que la frappe de souverains cesse en 1931. L’édifice du Parlement australien à Canberra, fut inauguré en 1927 et la première pièce commémorative australienne, un florin en argent, fut frappée à la Monnaie de Melbourne Mint et émise le 9 mai de cette année. Seulement 2 millions de ces pièces attrayantes furent émises et elles sont toujours disponibles à un prix ridicule pour des pièces en excellent état.

Australie - 1927 - Florin

L’état australien de Victoria a été brièvement exploré en 1834 et Melbourne fut fondée en 1835 et pour célébrer ce centenaire, un florin en argent, daté 1934-35 fut produit par la Monnaie de Melbourne Mint et mis en vente à un prix de 3 shillings, soit un shilling de surcharge, pour aider à payer les célébrations du centenaire. Malheureusement, le monde était toujours au prise avec la Grande Dépression en 1934-5 et, des 75,000 pièces frappées, 21,000 furent fondues avec le résultat que ce florin est la pièce commémorative la plus dispendieuse toujours disponible aux numismates australiens.

L’Histoire a relaté la saga du roi non-couronné Édouard VIII et son abdication, et comment son frère, Georges, fut porté sur le trône juste avant la Seconde Guerre mondiale. Pour célébrer le couronnement du roi Georges VI, le gouvernement australien a demandé à la Monnaie de Melbourne Mint de produire 1 million de crowns ( cinq shillings) en 1937. Une encombrante pièce de 28.27 grammes d’argent sterling fut produite, mais son charme fut perdu quand le gouvernement fit émettre une autre série de 101,000 pièces en 1938. L’opportunité se présenta aussi de modifier les armories qui avait été octroyé par Édouard VII en 1908 et qui avait été placé sur les pièces depuis le règne du roi Georges V. En 1946, le remboursement de l’argent emprunté aux États-Unis durant la guerre et les prix augmentants, il fut décidé de réduire la teneur en argent de .925 à .500.

En 1951, en raison de changements dans l’empire Britannique, des modifications furent apportées à l’avers de toutes les pièces australiennes. La même année, 2 millions de florins commémoratifs furent émis par la Monnaie de Melbourne pour marquer le 50e anniversaire de la Fédération des États Australiens. À la mort de son père, la princesse Élisabeth est devenue reine et son portrait est apparue sur les pièces de 1953 sans aucune altération. Néanmoins, à sa première visite en Australie à titre de monarque, une émission spéciale de 4 millions de florins commémoratifs fut distribuée par la Monnaie de Melbourne, montrant le lion anglais et les kangourous australiens comme égaux. La décision du gouvernement australien d’introduire la monnaie décimale fut effective en 1966 et terminait les émissions en système sterling qui circulaient sur le continent depuis l’arrivée de la Première Flotte.

Trente années de monnaie décimale

Pièces de monnaie de l'Australie

Le jour décisif où les dollars et les cents arrivèrent en Australie fut le 14 février 1966. Le public australien avait été sujet à un intense effort médiatique qui avait pour objet de concrétiser la décision du gouvernement, en septembre 1963 de passer du vieux système impérial ( livre, shilling, penny ) au système décimal utilisé presque partout dans le monde. Le programme a porté fruit puisque le public, en général, avait hâte de voir l’Australie avec son propre système monétaire! Une table officielle de conversion fut préparée par un groupe créé expressément, le « Decimal Currency Board « et fut imprimé sous forme de carte que l’on distribuait à tous et chacun. Assez souvent, un personnage de bande dessinée, « Dollar Bill », était présent dans les centres commerciaux pour montrer que le nom dollar était le nom de la nouvelle unité monétaire. Plusieurs nouveaux noms originaux avaient été suggérés pour l’unité monétaire, mais il fut éventuellement décidé de garder la chose simple et d’imiter les États-Unis et leurs dollars et cents. Il avait été estimé, dans la planification, que le processus prendrait deux ans à la population pour assimilé le nouveau système, tant pour convertir les équipements ( et former les utilisateurs ) que d’avoir deux monnaies qui cohabitent. En fait, les jeunes australiens ne prirent que quelques semaines à s’adapter alors qu’après une période de 18 mois, la majeure partie des vieilles pièces impériales eut disparu des poches de la plupart des australiens, pour toujours.

Ancien et nouveau

Pour quelque temps, les anciennes pièces impériales en argent .925 et .500 avec un équivalent décimal exact, c’est-à-dire, le 6 pence ( 5 cents ), le shilling ( 10 cents ) et le florin ( 20 cents ) furent en circulation avec les nouvelles pièces en cupronickel, mais elles finirent par être retirées de la circulation lorsqu’on les déposait à la banque pour finir dans les fonderies du gouvernement, finançant ainsi une partie des coûts de la conversion. Les demi-penny et penny en bronze, en raison de leur taille, furent fondus et convertis en 1 et 2 cents, plus petits. Les petites pièces de 3 pence en argent, sans équivalent décimal, disparurent très rapidement, à l’exception de celles conservées comme souvenir. En fait, des millions de pièces pré-décimales, surtout les « kangourous » ( 1/2 et 1 penny ) furent conservés par le public aux connaissances numismatiques limitées. Même s’il est aujourd’hui toujours possible de trouver des pièces intéressantes, la majorité de ces accumulations familiales finissent à la fonderie. Elles sont sans grande valeur en raison de leur état de conservation et de leur abondance.

Typiquement Australien

Quand la nouvelle monnaie décimale fut planifiée, il fut décidé que le portrait d’Arnold Machin ornerait l’avers alors que sur le revers, conçut par Stuart Devlin, figurerait des représentants uniques de notre faune. Après quelques expériences, la sélection finale pour la pièce en bronze de 1 cent fut le « Feather Tail Glidder », le plus petit marsupial de l’Est australien, capable d’étirer la membrane qu’il possède pour planer d’arbre en arbre. Le deux cents en bronze le « Frill Neck Lizard », un petit lézard qui se défend en soulevant la collerette qu’il possède autour du cou tout en agissant de façon agressive en sautant vers l’avant, la gueule ouverte comme s’il attaquait. L’échidné, un marsupial couvert d’aiguilles, comme un porc-épic, est l’un des deux seuls animaux à fourrure à pondre des oeufs fut la sélection pour la pièce de 5 cents en cupro-nickel. Le 10 cents, aussi en curpo-nickel, présente l’oiseau-lyre, un petit oiseau à l’habilité inégalée pour ses mimiques. Le male a une magnifique queue en forme de lyre qu’il utilise durant les rituels élaborés pour courtiser la femelle dans la forêt éloignée. Comme l’échidné, l’ornithorynque pond des oeufs. Animal étrange, il a un bec de canard et des pattes palmées ainsi qu’une queue ressemblant à celle du canard. Il vit principalement le long de la côte Est de l’Australie et en Tasmanie. Il a été trouvé dans les torrents montagneux aussi bien que dans les rivières côtières du Nord du Queensland et il se nourrit d’insectes et de vers. En tant qu’animal uniquement présent en Australie, il fut considéré comme idéal pour être le sujet de la série de pièces décimales et il se retrouve sur les pièces de 20 cents en cupro-nickel. Le dernier considéré fut le 50 cents en argent .800 et il fut décidé qu’il était approprié de présenter les armoiries stylisées de l’Australie avec le kangourou et l’émeu. En raison de l’ampleur de la frappe à produire, il fut décidé que 50% des pièces en cupro-nickel seraient fabriquées à Londres pour rencontrer les délais. Toutes les pièces en bronze et le 50 cents en argent furent produites en Australie à Canberra, Melbourne et Perth.

Marques secrètes de 1966

L’atelier d’émission de l’époque pouvait souvent être distingué par différents moyens. Ainsi, la Monnaie de Perth plaçait généralement un point après la dénomination sur ses pièces en bronze. Lorsque la monnaie décimale est arrivée sur la scène, la plupart des vieilles pièces étaient identifiées par atelier. Il fallut un peu de temps avant que les numismates remarquent les différences dans l’émission 1966. Le Renniks 1970 ( 6e Edition, Coin and Banknote Guide ) donne un court rapport de 4 lignes sur la découverte de marques secrètes après que la Monnaie royale australienne eut indiquée « que les nouvelles pièces ne porteraient pas de telles marques ». Néanmoins, aucun détail supplémentaire ne fut publié concernant la forme que la marque secrète avait prise. Vers 1980, nous avions découverts que sur les pièces de 1 cent de Canberra, toutes les moustaches du marsupial étaient pointées, alors que sur les pièces de Melbourne, la première moustache de gauche était courbée. Sur les pièces de Perth, c’était la deuxième de gauche qui était ainsi courbée. Nous avons aussi noté que la pièce de 2 cents avait aussi été affectée. Sur les pièces de Melbourne, la troisième griffe gauche du lézard était courbée alors que sur les pièces de Perth, c’était la première de droite. Bien sûr, les pièces en cupro-nickel avaient aussi leurs variations, les épines près de l’épaule droite de l’échidné avaient une longueur différente selon que la pièce avait été frappée à Canberra ou Londres alors que l’oiseau-lyre avait un pointu de plus sur la plume supérieure. Il faut un examen méticuleux pour remarquer le petit interstice du bec de canard de l’ornithorynque sous l’oeil gauche des pièces de 20 cents. Seules les pièces en argent de 50 cents semblent avoir échappées à ces marques secrètes. Cependant, un chercheur astucieux a remarqué que certaines pièces avaient une double barre derrière la tête de l’émeu. Il fut trouvé que la cause était une erreur dans le poinçon-maître qui avait été préparé à Londres et qui avait été utilisé pour les matrices australiennes. Le problème fut rectifié, mais il a étrangement réapparu en 1979 et 1980 sur les pièces dodécagonales en cupro-nickel qui avaient fait leur apparition en 1969 pour remplacer les 36,454,000 pièces originales rondes de 1966 en argent .800. Les pièces en argent furent achetées par une entreprise privée pour leur valeur en métal en raison des importantes hausses de prix de ce métal. À un certain moment, elles se transigeaient à deux fois leur valeur faciale avant que le prix ne rebaisse aussi rapidement qu’il avait monté.

Les changements

En 1985, un nouvel avers de Raphael Maklouf fut placé sur toutes les pièces incluant un dollar en bronze-aluminium. Ce dernier avait été introduit en 1984 pour coïncider avec le retrait du dollar en papier. Notre billet de deux dollars n’a survécu que quelques années de plus, soit jusqu’en 1988 quand l’inflation l’eut rattrapé, pour être remplacé par une pièce en bronze-aluminium. La pièce régulière de 1 dollars présente des kangourous alors que la pièce de deux dollars a un revers dessiné par Horst Hahne, d’après une gravure d’Ainslie Roberts d’un aborigène nommé « One Pound Jimmy », devant un arrière-plan qui inclut la Croix du Sud et des éléments floraux australiens. Durant les derniers 26 ans, 8 pièces commémoratives de 50 cents ont vu le jour et 7 pièces de 1.00 $ et, en 1995, la première pièce commémorative de 20 cents fut émise pour célébrer le 50e anniversaire des Nations-Unies. Pièces à cours légal non-destinées pour la circulation.

Les pièces de monnaie sont conçues pour être dépensées, ou, à tout le moins, tinter dans nos poches. Cependant, il y a certaines pièces qui sont tellement gâtées qu’elle ne voient guère la lueur du jour. Pour les puristes de la communauté numismatique, c’est une honte de voir que durant les dix ou quinze dernières années, une pléthore d’émissions cours légal non-destinées pour la circulation ont été mises en marché par le gouvernement australien pour générer des profits dans un marché ciblé. Des dessins spéciaux sur des pièces épreuves individuelles, dans différentes combinaisons de métaux ou même des ensembles de pièces hors-circulation qui sont vendues avec une prime sur la valeur faciale dont le contenu a très peu de chance de se retrouver dans la circulation générale. Ces pièces spécialement produites pour les collectionneurs sont manufacturées pour les marchés des investisseurs autant en Australie qu’outre-mer.

Les billets en polymère pour le bicentenaire de l’Australie

En 1988, l’Australie a célébré le 200e anniversaire de peuplement européen sur l’île-continent et, pour commémorer l’événement, beaucoup de temps et d’argent furent dépensés dans un effort pour en faire un moment mémorable dans l’histoire de notre nation. En raison des mauvais traitements des aborigènes par les premiers colons, il fut aussi décidé de montrer que nous avions progressé depuis ces temps sombres en reconnaissant, à tout le moins, la culture des Australiens-indigènes. Un de ces efforts fut le choix d’un dessin d’un artiste aborigène, Terry Yumbulul avec l’assistance de Paddy Carroll Tjungurrayi, George Milpurruru et Banduk Marika. Ce dessin réunit des éléments de la culture aborigène : peinture sur rock, stencil ainsi qu’un portrait d’un jeune avec des peintures corporels de cérémonie ainsi que le « Arnheim Land Morning Star Pol «, un totem avec une grande signification sur un billet spécial de 10 dollars qui fut développé par le département d’impression de billets de la « Federal Reserve Bank « de Craigieburn dans l’état de Victoria.

Australie - 10 dollars - Federal Reserve Bank

L’avers fut dessiné par Harry Williamson, aidé par le personnel de ce qui est aujourd’hui la « Note Printing Australia « ( N.P.A.) et il présente le thème du peuplement européen, incluant l’arrivée du « Supply », un des navires qui a amené les premiers colons en Australie depuis l’arrivée des aborigènes plus de 30.000 auparavant. Le centre de l’avers présente aussi une ribambelle de plusieurs générations de colons de différentes origines qui ont fait l’histoire de l’Australie durant les 200 dernières années!

La technologie spéciale du billet fut développée en Australie par la « Reserve Bank « et le « Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation « ( C.S.I.R.O. ), après 20 ans de recherche et implique la production de billets en plastique. Ce polymère spécial qui peut être imprimé avec le procédé intaglio ( surélevé ) tout comme « l’offset « ou la lithographie, fut développé pour remplacer le papier normal. Cette percée fut saluée comme un jalon dans l’histoire numismatique et il fut décidé que les nouveaux billets seraient lancés pour marquer l’événement du bicentenaire de 1988! La première impression d’un million de billets allait porter les préfixes « AA00-AA23 » ainsi que la date de l’établissement de la première colonie par les Britanniques à Sydney Cove le 26 janvier 1788, et serait emballée dans un présentoir et vendue avec un supplément de 4 $ sur la valeur faciale de 10 $ par la N.P.A. Le présentoir commémoratif donnait une description détaillée de plusieurs éléments du billet incluant un dessin à effet optique variable utilisé comme mesure contre la contrefaçon. Ce dessin présente un portrait du capitaine James Cook qui est visible des deux côtés et donne un motif holographique quand l’angle de la lumière varie. Pour protéger l’image, une laque spéciale fut appliquée sur le portrait. L’émission pour la circulation, de 19 millions de notes, fut aussi planifiée pour être lancé afin de coïncider avec l’événement, mais sans la date.

Problèmes!

Il y a un vieil adage qui dit « Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué «. Moins d’une semaine avant le lancement des premiers 500.000 billets pour la circulation, un conflit à la N.P.A. a stoppé la production! À ce moment là, seul les billets portant les préfixes « AB10-AB33 », avec les numéros de séries commençant par 93, 94 et 96, avaient atteint le publique. Il fut incorrectement rapporté dans les médias que l’émission pouvait avoir un problème technologique et que peut-être, il pouvait y avoir une réelle raison pour le délai dans la production. On découvrit que la laque protectrice sur le dessin à effet optique variable pouvait être enlevée en grattant. Une certaine portion de la population croit nécessaire, quand elle est confrontée à quelque chose de neuf, de faire des tests à fond ) et il y eu une rapide hausse dans le prix numismatique puisque le moulin à rumeur avait répandu la croyance que le restant des billets ne seraient pas mis en circulation en raison de cette faute. Les vérifications techniques sur ces billets ont prouvé qu’il n’y avait pas de problème de production et les billets « problème » furent utilisés pour mettre en lumière les traitements extrêmes afin d’arriver à cet effet. Néanmoins, pour tester et assurer la qualité de la balance de l’émission de circulation, la N.P.A. a décidé que la prochaine série aurait une laque plus résistante. Les préfixes « AB11-AB57 » reçurent une couche microscopique plus épaisse et les derniers 18.5 millions de billets furent lancés en octobre 1988, au grand déplaisir des spéculateurs qui auraient payés jusqu’à 140 $ pour un billet! En 1989, pour arrêter complètement la spéculation sur les premiers billets, la « Reserve Bank « a émis un communiqué mentionnant que : « Ces billets émis en fin d’année étaient de la même série d’impressions, la seule différence étant au niveau de l’épaisseur de la couche protectrice qui avait été renforcée. Les billets déjà émis ne furent pas retirés. Il n’y a aucune différence visuelle entre les billets émis précédemment et ceux émis plus tard dans l’année. Tout les billets émis sont dans la borne « AB10-AB33 » et les billets de « AB34-AB57 ». Il est aussi intéressant de noter que le dessin à effet optique variable n’a pas été de nouveau utilisé sur des billets australiens malgré qu’il ait été mentionné, après le lancement des premiers billets de 5 dollars en 1992, que les plus hautes dénominations, soit les 20.00 $, 50.00 $ et 100.00 $ seraient aussi conçues avec l’élément holographique inclut dans le substrat de polymère, mais ce ne fut pas fait. Il semble maintenant que tous les petits pépins étaient réglés. La N.P.A. a la technologie qui révolutionne la production de documents officiels qui sont sujets à l’usure excessive et des déchirures et prévient la contrefaçon! Depuis le 7 juillet 1992, avec l’apparition des premiers billets de 5.00 $ pour la circulation, surnommé « fantastic plastic note » et chaque année ensuite, un nouveau billet fut lancé jusqu’à ce que la série complète soit en polymère.

Lecture suggérée:
McDonald, Greg, The Pocketbook Guide to Australian Coins ad Banknotes, 4e édition